Entomophagie – manger des insectes pour l’environnement ?

L’entomophagie ou consommation d’insectes remonte à 2,4 millions d’années. En effet, le premier genre humain, l’Homo habilis, était déjà omnivore et se nourrissait autant de végétaux, que d’insectes et de petites proies.

Dans le monde !

Aujourd’hui, l’entomophagie diffère selon son origine. Parfois les insectes sont considérés comme des mets délicats, consommés en tant qu’amuse-gueules, d’autres fois comme substitut en cas de pénurie alimentaire.
En occident, l’idée d’une consommation d’insectes se répand dans les médias, avec pour moteur le risque environnemental que représente le développement de ressources en viande pour satisfaire les nouveaux besoins d’une population qui tend vers un modèle de consommation occidentale. En effet, notre consommation de viande coute chère à la planète. La FAO a estimé en 2014 que l’élevage de bétail dans le monde est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre attribuable aux activités humaines.

 

Au Mexique, l’utilisation d’insectes a aussi pris une connotation environnementale. Les insectes constituant une alternative à l’usage de pesticides, une cueillette de sauterelles a été organisée.

Celle-ci a eu plusieurs impacts positifs :
-Financier : les insectes ont été source de revenus pour les « cueilleurs ».
-Economique : utilisation moindre de pesticides et d’eaux.
-Environnementale : diminution de la pollution des sols et des eaux.

Et chez nous ?

En occident, pour évaluer l’intérêt de la consommation d’insectes, on compare leur impact avec l’élevage des animaux terrestres. Il en ressort :
-une plus faible émission de gaz à effet de serre et produits azotés ;
-une moindre dépendance au sol que l’élevage conventionnel ;
-un besoin plus faible en eau ;
-une production plus élevée en protéines grâce à un cycle de vie très court ;
-un pourcentage de chair comestible plus élevé et donc une quantité de déchet plus faible ;
-ils sont aussi moins onéreux que l’élevage traditionnel.

 

Les insectes serait donc une alternative à la consommation de viande bonne pour notre planete. Il se trouve qu’ils ont également une forte teneur en protéines animales, qui plus est, de bonne qualité.

Espèce

Volaille

Porc

Bœuf

Criquet.           (stade nymphe)

Criquet.         (stade adulte)

Qté de P pour 100g (en g)

20

15

19

15,4

20,5

Néanmoins, la valeur nutritionnelle des insectes d’un point de vue protéinique (composition en acides aminés notamment) est variable, et corrélé à l’espèce, mais aussi au stade de développement et au régime alimentaire. Il est donc difficile d’émettre des généralités sur cette question.
Il conviendrait pour un apport équilibré en protéines de consommer plusieurs espèces d’insectes.
Enfin, même s’il est vrai que les insectes sont riches en protéines animales, qui plus est de bonne qualité, il demeure que la quantité d’insectes à ingérer pour satisfaire les besoins journaliers en protéines est plus difficile à obtenir que pour les autres sources de viande. C’est souvent pour cette raison que dans la majorité des pays, les insectes sont consommés comme des amuse-gueule ou des compléments en cas de pénurie alimentaire.

 

En plus, de leur simple consommation, les insectes d’élevages sont une piste très intéressante pour la valorisation des déchets organiques. Ils pourraient aussi convertir l’ensemble des déchets d’origine organique, issus des ménages, de l’agriculture, de l’industrie alimentaire en nourriture animale.
L’utilisation d’insecte dans son quotidien n’aurait plus l’image de l’insecte rampant et répugnant, mais plutôt celui d’un aliment responsable écologiquement.

 

Et vous ? Etes-vous prêt à passer à l’entomophagie ?

Si oui, pourquoi ne pas gouter ceux de Micronutris.

 

Pour en savoir plus :

  • 2013. La contribution des insectes à la sécurité alimentaire, aux moyens de subsistance et à l’environnement, FAO.
  • Belluco, S., Losasso, C., Maggioletti, M., Alonzi, C. C., Paoletti, M. G. and Ricci, A. (2013),
  • Edible Insects in a Food Safety and Nutritional Perspective: A Critical Review.
  • Comprehensive Reviews in Food Science and Food Safety, 12: 296–313.
  • Feillet P., 2013. Mangerons-nous tous des insectes en 2050 ? partie I et II, Insectes n°170-171.
  • Finke MD., 2002. Complete nutrient composition of commercially raised invertebrates used as food for insectivores. Zoo Biol. 21:269–85.
  • Oonincx DGAB, van Itterbeeck J, Heetkamp MJW, van den Brand H, van Loon JJA, et al., 2010. An Exploration on Greenhouse Gas and Ammonia Production by Insect Species Suitable for Animal or Human Consumption. PLoS ONE 5(12).
  • Van Huis A., 2013. Potential of Insects as Food and Feed in Assuring Food Security, Annual Review of Entomology, vol. 58: 563-583.
Share Button
Entomophagie – manger des insectes pour l’environnement ?
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *